Sexualité du post-partum

Reprendre la Sexualité après l'accouchement

La venue d’un enfant au sein d’une famille et spécialement d’un couple, modifie considérablement les relations entre les personnes. Encore plus lorsqu’il s’agit du premier bébé : nous assistons à une véritable crise psychologique du couple parental, qui doit apprendre à ne plus fonctionner à deux, mais à trois. Et bien évidemment, cette crise n’épargne pas la vie sexuelle !

En tant que psychologue clinicienne, la dimension psychologique d’une maman venant d’accoucher est essentielle. Elle doit en effet prendre son temps, s’occuper pleinement de son bébé, et reprendre une activité sexuelle quand elle le désire. Cependant en sexologie, ceci est bien réducteur et simpliste !

Par conséquent, en tant que sexologue clinicienne, la vie sexuelle du couple (qu’elle soit avant, pendant ou après une grossesse), s’intrique dans la vie et le vécu global de celui-ci. Ainsi, la famille, la religion, les conditions psycho-sociales, le vécu de la grossesse et de l’accouchement, les modifications des relations parentales, la prise de contraception, sont autant de facteurs influençant la reprise d’une intimité amoureuse.

En sexologie, on admet qu’il existe quasimentaucune entrave anatomique aux pénétrations vaginales après un accouchement (ainsi qu’à toute autre activité sexuelle), mais il ne faut pas oublier qu’il existe toute une symbolique ainsi que des représentations et des appréhensions erronées de celles-ci.

Si certaines femmes reprennent très rapidement leur vie sexuelle quelques jours après leur accouchement, malgré les saignements et parfois même une épisiotomie, la majorité d’entre elles la reprenne en moyenne 6 semaines après ! Et c’est là que l’information médicale est insuffisante : car si l’envie et le désir sexuels sont présents, la lubrification sera au rendez-vous, et la pénétration pourra se faire sans douleur, à condition que l’homme soit suffisamment doux et attentif.

Cependant, dans notre pratique sexologique, nous voyons malheureusement des parents mal ou non informés qui reprennent leur activité sexuelle tardivement, ce qui n’est pas sans conséquence au niveau de la psychologie du couple.

En conclusion, la présence du bébé, de saignements ou d’une épisiotomie n’entravent en rien la reprise de la sexualité. Seule l’envie de la jeune mère importe : la lubrification engendrée par son excitation sexuelle sera propice au bon déroulement de la reprise de l’intimité sexuelle.