Cancer et sexualité

Malheureusement, la prise en charge de la sexualité des personnes malades traitées pour leur cancer et de leur partenaire, est trop souvent méconnue voire ignorée par beaucoup de professionnels de la santé.Cependant, force est de constater que cette sexualité existe, et qu’elle fait partie intégrante de la vie de ces malades. C’est pourquoi depuis ces dernières années, des études et réflexions émergent du corps médical, afin de prendre en charge les personnes atteintes de cancer et leur partenaire, dans leur globalité physique, psychique et sexuelle.

Certains centres ont d’ailleurs dans leur équipe, des sexologues qui travaillent en étroite collaboration avec les médecins oncologues. Leur rôle est essentiel quant à la prise en compte de la sexualité des personnes malades : la dimension humaine est respectée, et la/le patient peut exprimer ses doutes, ses angoisses et appréhensions face aux répercussions de son cancer sur son corps et sa sexualité. Ce sujet peut être abordé dès la consultation d’annonce de la maladie, où le sexologue est présent pour en quelque sorte légitimer la prise en compte sexuelle.

Cependant, encore beaucoup de centres n’ont pas la chance d’avoir dans leur équipe un sexologue. C’est alors au patient de faire la démarche lui-même quand il a des questions, ou quand il veut avoir des conseils sur sa nouvelle sexualité. Car le cancer interfère directement sur la sphère sexuelle, que ce soit au niveau psychologique ou thérapeutique.

Sur le plan psychologique, le choc de l’annonce de la maladie, mais aussi les traitements lourds, peuvent entraîner une dépression influant sur la libido. De plus, l’image du corps est entravée, notamment pour les cancers du sein, où la femme se trouve atteinte au plus profond de sa féminité, ou du cancer de la prostate, où les hommes sont touchés dans leur capacité d’érection et d’éjaculation.

Au niveau thérapeutique, la chimiothérapie, les traitements hormonaux, la chirurgie, entrainent aussi bien des troubles physiques et psychiques, qu’une répercussion sur les différentes phases de la réaction sexuelle (voir l’article sur la réaction sexuelle).

Or, un accompagnement spécialisé par un sexologue dès le début de la maladie, peut aider les personnes atteintes de cancer à verbaliser leurs questions, et surtout à leur apporter des solutions pour mieux vivre leur sexualité. Le partenaire est toujours convier à ces entretiens, car il est souvent oublié dans de telles circonstances.

Ensemble, le couple et le sexologue pourront évaluer le retentissement du cancer sur leur vie sexuelle, en prenant en compte leur sexualité antérieure, afin d’aider et de soutenir au mieux ces couples dans leur vie intime.

Le cancer provoque un manque de confiance en soi et une anxiété : les personnes ont souvent l’impression que comme leur corps les lâche, ils s’imaginent alors qu’ils n’ont plus droit à une sexualité épanouie. Or, il existe des solutions et des conseils pour continuer à jouir de son corps malgré la maladie.

C’est pourquoi il ne faut pas hésiter à parler de vos difficultés sexuelles malgré le cancer, car le bien-être sexuel est tout aussi important que le bien-être psychique, et contribue à un meilleur vécu de la maladie.

Les sexologues sont à l’écoute de ces troubles spécifiques, et peuvent vous aider à trouver des solutions pour traverser au mieux cette épreuve.