La maternologie

L'approche maternologique

Durant la grossesse, l’embryon puis le fœtus va connaître un état particulier qu’il n’aura plus jamais ensuite : l’homogénéité vitale. Il connaît alors durant cette vie intra-utérine, une expérience continue de totalité, qui va s’imprégner en lui comme modalité et norme de vie. Cette totalité vient au monde par et avec l’enfant qui naît physiquement. Elle est ainsi interrompue subitement et le nouveau-né n’aura de cesse de la retrouver, afin d’effectuer sa naissance psychique. Car il se trouve complètement démuni face à ce nouveau monde qu’il ne connaît pas.

Afin de retrouver ce « monde perdu », il va falloir qu’une personne fasse la jonction entre ces deux mondes : c’est la mère (ou tout autre représentant maternel).

Ainsi quand l’enfant arrive au monde (naissance physique), il lui faut absolument retrouver le milieu d’homogénéité qu’il vient de perdre. C’est à la mère de faire la jonction, afin d’assurer la naissance psychique de son bébé.

Pour se faire, il faut qu’elle ait gardé des choses de son monde originel à elle. Elle pourra alors le restituer à son bébé : le lait psychique natal est la totalité. Ce lien qui l’unit à son enfant est ainsi le passage de la totalité. Ce passage se fait grâce au langage du corps que le bébé comprend le mieux par les sensations qu’il éprouve.

Mais celles-ci doivent se charger de significations, qui sont le langage de la totalité. Et c’est ici qu’intervient le don : il se voit, il se sent car il est la manifestation de la totalité que le bébé ne cesse de rechercher. En recevant par le don cette totalité, l’enfant se rétablit dans son être originel. Ceci se voit par son comportement, son aspect ainsi que sur son visage. Il renvoi donc à sa mère la même chose que ce qu’elle lui donne : c’est le cycle natal du don.

C’est grâce à ce cycle du don qui se met en place très peu de temps après l’accouchement physique, que la structure fondamentale de la situation maternelle se met en place. Le cycle du don structure ainsi le lien mère/enfant. La maternité humaine se caractérise par la présence ou non, totale ou défaillante, de la capacité du don.

Mais il est aussi possible de donner ce que l’on n’a pas : on le donne alors par le plaisir de donner : l’intentionnalité est la modalité du don. Le fait que la maman pense donner la totalité à son bébé, ou bien qu’elle veuille lui donner, se transforme en état psychologique où cette totalité est tout de même donnée.