Spécialité périnatale

La périnatalité (du désir de grossesse à après l’accouchement) est un domaine que j’affectionne particulièrement.

 

J’ai été pendant plusieurs années sage-femme hospitalière, avant d’être psychologue clinicienne.

 

Par conséquent, je connais parfaitement bien les difficultés et les incertitudes qui entourent cette période. C’est pourquoi il est tout naturel pour moi d’accompagner et de soutenir psychologiquement les femmes se trouvant dans le tumulte et le chamboulement qu’une grossesse ou son absence peut engendrer.

De plus, l’obtention du Certificat de Maternologie Clinique, créé par Jean-Marie  DELASSUS, me permet aisément de soutenir en thérapie des jeunes mamans en difficulté avec leur bébé, et/ou faisant une dépression du post-partum, et/ou rencontrant des difficultés dans leur processus à (lire l’article sur l’approche maternologique (lien vers maternologie)).

Pour être la plus complète possible dans le cadre de la maternité, voici mes domaines d’interventions thérapeutiques:

Tout d’abord, le désir d’être enceinte…

Le désir de maternité peut être très précoce : une petite fille peut vouloir un bébé pour ressembler à sa mère. Plus tard, quand le moment est choisi (et parfois non!), certaines femmes peuvent rencontrer des difficultés à entamer une grossesse, ou à la mener à son terme :

- Troubles de la fertilité,
- Fausses couches précoces ou tardives, (lien vers Fausse couche page)
- Interruption médicale de grossesse (IMG)… (lien vers Interruption grossesse)

Puis la grossesse et l’accouchement…

Parfois, la grossesse n’est pas vécue comme on l’aurait souhaité : peurs et angoisses peuvent prendre le dessus sur le bonheur d’attendre un bébé, sans que l’on sache réellement pourquoi.

Parfois encore, certaines complications médicales viennent entraver le bon déroulement de la grossesse ou de l’accouchement, les rendant ainsi anxiogènes ou traumatiques, et pouvant dans certains cas aboutir à la perte du bébé.

Enfin, il se peut que cette grossesse n’arrive pas à point nommé… Alors, on décide soit de l’interrompre (IVG), soit de la continuer coûte que coûte. Dans les 2 cas, la souffrance est présente et nécessite un réel soutien.

Et enfin l’arrivée du bébé.

Dans la plupart des situations, l’accueil de ce nouvel être tant attendu est rempli de joie.

Cependant, il peut aussi être teinté :
- de doutes,
- de peurs,
- d’incompréhensions,
- d’incertitudes dans la capacité à être mère et à aimer,
- parfois même de rejet.

La culpabilité induite par ses pensées prend alors tout le champ de conscience de la nouvelle mère, l’amenant à une grande difficulté maternelle accompagnée ou non d’une dépression du post-partum.

Je travaille beaucoup autour de la relation mère/enfant dans une approche maternologique, c’est pourquoi je préfère recevoir les mamans avec leur bébé en consultation.

En pratique :

Si vous avez un désir de grossesse entravé, une grossesse ou un accouchement compliqués, un deuil de bébé impossible, une difficulté maternelle avec ou non des sentiments de tristesse, n’hésitez surtout pas à me contacter :

je ferai le maximum pour vous recevoir le plus vite possible.